Entrepreneuriat

Retour sur le discours de Fred Mugnier au Concours Audace !

07 avril 2021
Co-fondateur de FAGUO avec son associé Nicolas Rohr rencontré sur les bancs de l’école de commerce, Frédéric Mugnier est un entrepreneur décontracté et engagé. Toujours prêt à aider les jeunes dans leur envie d’entreprendre, il s’est investi cette année en tant que parrain de la troisième édition du Concours Audace, le concours d’entrepreneuriat destiné à révéler les talents d’Audencia. C’est au cours de la cérémonie de remise des prix que Frédéric Mugnier, appelé Fred, a partagé son expérience et ses conseils aux futurs entrepreneurs. Découvrez-les sans attendre dans cet article !

Fred Mugnier est un entrepreneur qui a du cran. En 2009, au cours de sa deuxième année d’école de commerce, il décide de créer FAGUO – « Français » en chinois, avec son ami Nicolas Rohr. Une marque de basket casual et responsable qui s’est frayé un chemin parmi les grands du secteur, Paul Smith, Fred Perry ou encore Converse…

A l’époque, Fred et Nicolas décide de substituer leur période de stage pour développer leur projet d’entreprise. Une voie encore méconnue pour certains étudiants mais qui est accessible à l’aide du Statut National Etudiant Entrepreneur notamment proposé à Audencia !

La suite du projet FAGUO est un succès avec le lancement des premières ventes privées où s’écoulent 5 000 paires de baskets en 15 jours au lieu d’un an ! Les deux fondateurs misent sur un marketing new-age et font le buzz notamment avec les chasses au trésor dans les rues de Paris.

Sans oublier, la responsabilité sociétale qu’il place au cœur de leur stratégie d’entreprise. En effet, FAGUO est dès le début imaginé comme une marque engagée. En ce sens, un premier bilan carbone est réalisé en 2010 pour analyser et réduire leur empreinte environnementale. Puis, des actions de compensation sont initiées avec le principe un vêtement acheté = un arbre planté !

Aujourd’hui, Fred Mugnier et son associé vont encore plus loin en transformant leur boîte en entreprise à mission avec la raison d’être suivante : « engager notre génération contre le dérèglement climatique, ainsi que les engagements pour y arriver ».

À la lecture de cette success story, vous vous demandez sûrement : comment y-sont-ils parvenus ?... Pour répondre à cette question, Fred Mugnier a partagé son expérience et donné ses meilleurs conseils aux jeunes et futurs entrepreneurs à l’occasion de la cérémonie de remise des prix du Concours Audace.

  • Conseil n°1 : « Vous êtes aujourd’hui assis sur les bancs de l’école, vous en doutez mais vous êtes dans la meilleure partie de votre vie pour créer votre boîte ! »

Pour avoir fondé FAGUO à 22 ans, Fred Mugnier sait de quoi il parle. D’après son expérience, être étudiant est un avantage pour monter son entreprise. Pourquoi ? Première raison : parce qu’on est innocent. Selon lui, c’est une forme de pouvoir de ne pas connaître un secteur d’activité quand on veut entreprendre car on casse les codes sans vraiment en avoir conscience. « Cet effet d’innocence permet d’affronter des choses inconnues qui vous auraient fait peur à d’autres moments de votre vie si vous aviez une connaissance plus fine du domaine… » explique Fred. L’innocence inhérente à la jeunesse vous amènera peut-être à enfoncer des portes que d’autres craignent d’ouvrir. « Souvent, on me dit, tu as été courageux de monter ta boîte aussi jeune et je leur réponds qu’on était simplement innocent… ».

La deuxième raison pour laquelle être jeune et étudiant vous aidera à développer votre projet est l’environnement ! « Vous avez énormément de conseils disponibles autour de vous avec les professeurs et vous avez également déjà un public et de potentiels consommateurs que sont vos camarades de promo ! » affirme notre parrain. En soi, le cadre idéal puisque vous pouvez mettre les mains dans l’action tout en profitant d’un soutien pédagogique.

Enfin, troisième et dernier argument de Fred Mugnier : « Vous avez une quantité de temps phénoménal ! ». On ne s’en rend pas toujours compte quand on est étudiant mais on dispose de très peu de contraintes et de beaucoup de temps pour avancer sur les projets dont on rêve. Selon Fred, après ça se complique…

  • Conseil n°2 : « Vous souhaitez savoir si vous êtes avec la bonne personne pour vous associer ? Testez votre relation dans les difficultés et assurez-vous d’avoir les mêmes objectifs de vie. »

Trouver un associé cela peut devenir compliqué lorsqu’on souhaite monter son entreprise. « C’est très difficile de choisir un associé si la vie ne vous en amène pas un par la voie du hasard » explique Fred Mugnier. Dans le cas de FAGUO, c’est sur les bancs de l’école qu’il rencontre Nicolas Rohr et c’est avec l’expérience d’une mésaventure étudiante qu’il se rend compte des qualités de son futur associé. « Ce qui m’a convaincu de m’associer avec Nicolas, c’est qu’un jour on s’est retrouvé dans une situation improbable et il était là, il a fait corps et j’ai su que je pouvais compter sur lui. » raconte-t-il. Une préconisation à retenir : testez votre relation d’associés dans les difficultés de la vie.

Un deuxième élément pour s’assurer de la viabilité de votre relation, avoir une vision commune. « Est-ce-que pour l’un, la volonté est d’être sous les projecteurs ? Pour l’autre, celle d’être riche et pour le dernier avoir du pouvoir ? » questionne Fred. L’important n’est pas de juger les ambitions de vie de chaque associé mais d’avoir les mêmes ! Un objectif de vie similaire permet d’assurer la pérennité du projet. « Si nous n’avions pas le même objectif, nous n’aurions jamais déménage FAGUO à Nantes. ».

  • Conseil n°3 : « Vouloir avoir un impact avec son projet c’est bien, voire vital, mais il ne faut pas oublier les enjeux économiques de l’entreprise. »​​​​​​​

En tant que parrain du Concours Audace et jury de la catégorie « Impact », Fred Mugnier est revenu sur la combinaison gagnante des lauréats: avoir réfléchi à leur impact sans oublier l’aspect économique ! « N’oubliez pas que vous avez une chaîne de valeur à tenir… » rappelle-t-il au cours de la cérémonie.

Selon lui, c’est bien le rôle actuel des entrepreneurs d’allier leurs engagements de responsabilité envers la société et l’environnement avec leurs envies d’entreprises. De plus, « aujourd’hui quand on voit vers quoi se dirige les fonds d’investissements, on ne peut que monter des business à impacts pour survivre » souligne Fred. « Actuellement, il y a un alignement des planètes entre la logique business et la logique de responsabilité qui n’existait pas il y a 12 ans. Vous ne pouvez pas exister auprès des financeurs et des consommateurs si vous n’êtes pas à impact. ». Selon le parrain du Concours Audace, les entrepreneurs n’ont pas le choix : « c’est comme gagner de l’argent dans une entreprise, si on veut se développer il faut réfléchir à intégrer dans le cœur de la stratégie les impacts sur la société et l’environnement de vos business. ». Il ne vous reste plus qu’à choisir votre champ d’action !

  • Conseil n°4 « Vous n’avez pas besoin d’autant d’argent que vous imaginez au début de votre projet, pensez petit ! »

Fred Mugnier a également réagi à une question qui taraude de nombreux jeunes entrepreneurs : comment apporter un premier capital à son projet sans en perdre le contrôle ? Premier élément de réponse, vous n’avez peut-être pas besoin d’autant d’argent que vous imaginez. « Au début de votre projet, commencez petit, testez votre rentabilité avec des prototypes, participez à des concours, montez les marches pas à pas et vous pourrez montrer vos réussites aux financeurs qui vous suivront. ». Il souligne également pour rassurer les étudiants, « si les investisseurs ne sont pas trop idiots, ils vous laisseront la gestion autonome du projet car c’est vous l’expert. ».

Dans le cas où potentiellement vous auriez besoin d’une somme importante dès le départ, sachez qu’« il y a énormément d’argent sur le marché » affirme Fred Mugnier. Aujourd’hui, les structures appellent directement les entrepreneurs pour investir de l’argent ! « Si votre dossier est solide, vous trouverez de l’argent car il y en a. Ce n’est pas un problème. ». Il raconte : « nous-mêmes à 22 ans on avait pas d’argent. A moins 500€ sur le compte bancaire et avec nos profils, évidemment les banquiers nous ont fermé la porte. Mais on a trouvé des solutions, on a fait un emprunt étudiant et on a monté une cagnotte avec 13 copains qui ont tous investi dans la société ! » conclut-il.

Nous remercions sincèrement et chaleureusement Frédéric Mugnier d’avoir accepté de parrainer la troisième édition du Concours Audace et d’avoir apporté son expertise dans le jury de la catégorie « Impact ».

En attendant la quatrième édition du Concours Audace à la rentrée 2021, vous pouvez retrouver la cérémonie du 18 février dans son intégralité et en replay sur le site: https://audace.audencia.com/.


Vous aimerez aussi

Catégories
Entreprises